A coeur ouvert

14 Déc 2022 | Actualités | 0 commentaires

 

Je me définis souvent comme une femme forte, courageuse, positive, pleine d’énergie … C’est aussi ce qu’on dit de moi.

En même temps, la vie ne m’a pas vraiment laissé le choix.

Puis est survenu le décès de mon enfant, mon enfant extraordinaire, après plusieurs années difficiles où la maladie peu à peu l’a empêché de vivre.

J’ai d’abord perdu pied, dévastée, ravagée par la douleur. Je me suis alors réfugiée dans ma tanière, à l’abri des regards. Puis j’ai cru qu’en serrant les dents, en serrant les poings, j’aurais la force de surmonter cette nouvelle épreuve.

M’étourdir dans l’action, créer le centre naturo de mes rêves, voilà un projet extraordinaire !

Finalement, de mauvaises surprises en mauvaises surprises, les travaux du futur centre ont pris beaucoup de retard.

Et je remercie aujourd’hui l’univers de m’avoir offert ce temps de reconstruction.

Il était plus que temps de prendre soin de moi, moi qui aime tant prendre soin des autres.

Je vous le dis souvent « prenez soin de vous, vous êtes la personne la plus importante de votre vie » : Serait-ce les cordonniers les moins bien chaussés ?

Pendant mes études de naturo, les professeurs nous répétaient que nous devions donner l’exemple, que sans cela, nous ne serions pas légitimes. Mais comment faire quand on traverse des tempêtes comme celles-là ?

On fait comme on peut.

Je vous dis aussi : « Soyez bienveillant.e, soyez doux.ce avec vous-même. Ne vous focalisez pas sur ce que vous ne faites pas bien. Votre corps s’en remettra. Il sait faire. En plus, il n’est pas que physique, il est aussi énergies, émotions et plus vous allez vous faire des reproches, plus il aura des difficultés à gérer. »

Encore une fois, ce sont bien les cordonniers les plus mal chaussés !

Vous voyez, tout ce que je vous dis ? Et bien lorsque comme ce matin par exemple, j’oublie mes salutations au soleil pour me « remplir » d’un grand bol de café au lait accompagné d’un pain au chocolat et d’un croissant, Eh bien je ne suis pas mais alors pas du tout bienveillante et douce avec moi-même. Je me dis que je suis nulle, malhonnête, que je n’ai aucune légitimité, que c’est n’importe quoi. Comment puis-je vous donner des conseils si moi-même je fais n’importe quoi ?

Et puis, quand la tempête émotionnelle prend fin et que je retrouve mes esprits, je me rends compte que ce n’est pas tant le petit déjeuner en question qui pose problème que l’auto-sabotage que j’y mets.

Alors, cette fois-ci, je décide de me poser, de m’observer, de chercher à comprendre pourquoi un petit craquage me met dans un tel état. Mes pensées sont confuses alors je les pose en vrac sur le papier et petit à petit, je comprends. Je comprends mieux ce qui au fond de moi ne va pas.

Je ne suis plus en congruence.

Pas à cause d’un petit déjeuner indigeste mais simplement parce que je n’ai pas encore réussi à vous confier ce que j’avais au fond, au bord du cœur.

Aujourd’hui, le temps a passé et je peux le faire, j’ai besoin de le faire pour continuer à pouvoir avancer.

Mon fils est toujours là, il sera toujours là près de moi. A partir de maintenant, il existe pour vous aussi.

a coeur ouvert

Il suffit de demander 🦋  ✨  💕

Je n’ai pas réussi à partager cela avec vous avant pour 3 raisons.

La première, il faut bien me l’avouer, je ne sais pas très bien me montrer vulnérable, je suis plutôt celle vers qui on se tourne quand on a besoin de se confier, celle qui écoute.

La seconde, en lien avec la première raison. Je suis empathie et il m’était impossible d’imaginer vous faire ressentir ma souffrance, elle était tellement insupportable, comment imaginer vous la faire vivre, ne serait-ce que quelques minutes.

Et enfin, je pensais que vous ne pourriez plus vous confier à moi en sachant ce par quoi j‘étais passée.

Mais voilà, je ne peux pas travailler sans congruence.

Comme nous tous.tes, je suis telle que je suis, à la fois forte et terriblement vulnérable.

Finalement, prendre 1 café au lait, un pain au chocolat, un croissant, manger 1 paquet de bonbons bourrés de sucres et de colorants, en quoi est-ce grave ? Le problème c’est le jugement qu’on s’impose.

M’arrêter, être à l’écoute, et poser mes ressentis sur le papier m’ont fait un bien fou. Et vous ? Vous êtes-vous déjà surpris.e en flagrant délit de sabotage ? Avez-vous déjà cherché à en comprendre la raison ? Avez-vous essayé de vous observer sans jugement, avec bienveillance pour mieux comprendre ce qui se passe en vous ? Avez-vous une technique à partager ?

Merci d’avoir pris le temps de lire cet article jusqu’au bout. J’espère qu’il vous aidera à mieux identifier vos  flagrants délits de sabotage. Nous en vivons tous, je vous assure, quelque que soit ce qu’on a vécu.

J’espère du fond du cœur que ce jour-là, cet article vous apportera un peu de réconfort et vous aidera à vous sentir mieux.🙏💗

AM, Saine de vie je t’aime 🌳